East Anglia

Maldon

Cette ville pleine de Charme sur la Blackwater, avec ses échoppes et ses auberges dont certaines remontent au XVIe siècle, était autrefois un port très important. Une de ses principales sources de revenus est le sel marin, encore récolté à l'ancienne.

Un des plus anciens poèmes saxons qui nous soient parvenus, La Bataille de Maldon, raconte le féroce combat (991) qui opposa dans la ville les Saxons et les envahisseurs vikings. La même bataille est illustrée par la Broderie de Maldon, conservée au Maeldune Centre. Réalisée par des habitants de la ville, elle retrace l'histoire de Maldon de 991 à 1991.

Aux environs

À l'est de Maldon, à Bradwell-on-Sea, se trouve une robuste église saxonne, Saint-Peter's-on-the-Wall. Elle fut édifiée en 654 en réutilisant les pierres d'un fort romain. Elle servit longtemps de cathédrale, puis de hangar jusqu'au XVIIe siècle. Elle a été entièrement restaurée dans les années 20.

Lire la suite

Epping Forest

Les quelque 2 400 ha de ce massif forestier font la joie des randonneurs. C'était autrefois un des territoires de chasse préférés des rois et des courtisans.
En 1543, Henri VIII s'y fit construire un pavillon de chasse. Sa fille, la reine Elisabeth Ire, s'y rendait très souvent. Le bâtiment finit par devenir le pavillon de chasse de la reine et s'appeler Queen Elizabeth's Hunting Lodge.

Cet édifice de 3 étages à colombage abrite une exposition présentant l'histoire du pavillon. Tout autour, les bois sont entrecoupés de petits lacs où vivent une flore et une faune variées. On y croise notamment des daims noirs, introduits dans la région par Jacques Ier. Le conseil municipal de Londres a acquis tout le domaine d'Epping Forest au début du XIXe siècle pour qu'il ne tombe jamais entre les mains de particuliers.

Lire la suite

Audley End

Cette demeure élevée pour Thomas Howard, ministre des Finances et Ier comte de Suffolk, était à l'époque où elle fut construite la plus grande de tout le pays. Jacques Ier disait en plaisantant qu'Audley End était trop vaste pour un roi, mais pas pour un ministre des Finances. Ce ne fut pas l'avis de Charles II, qui l'acheta en 1667; aucun de ses successeurs n'y séjourna beaucoup, et en 1701 la demeure revint aux mains des Howard, qui jetèrent bas les 2/3.
Robert Adam a remanié plusieurs pièces dans les années 1760; aujourd'hui, on s'attache à leur redonner l'aspect qu'elles avaient à cette époque. Les jardins d'Audley End ont été dessinés par Capability Brown.

Lire la suite

Huntingdon

Plus de 300 ans après sa mort, el souvenir d'Oliver Cromwell hante encore sa petite ville natale. Le registre des baptêmes d'All Saints' and St John's Church porte pour l'année 1599 son nom, barré d'une inscription ancienne: "La plaie de l'Angleterre pendant 5 ans". Le musée Cromwell, installé dans l'école où il étudia, conserve de nombreux portraits et des souvenirs, tels que son masque mortuaire et sa trousse à pharmacie.

Cromwell reste l'une des figures les plus contestées de l'histoire britannique. Membre du Parlement très jeune, il fut vite impliqué dans les querelles qui opposaient Charles Ier au Parlement au sujet des impôts et de la religion. Pendant la guerre civile, il se montra un général habile; il fut nommé Lord Protecteur en 1653, après avoir refusé la couronne. 2 ans seulement après sa mort, la monarchie fut rétablie à la demande du peuple; les restes de Cromwell quittèrent Westminster Abbey pour être accrochés à une potence.

Un pont du XIIIe siècle franchit l'Ouse et relise Huntingdon et Godmanchester, établi à l'emplacement d'un camp romain sur la route entre Londres et York.

Lire la suite

Anglesey Abbey

La 1re abbaye fondée ici en 1135 pour l'ordre des augustiniens a été presque entièrement détruite au XVIe siècle. Il n'en reste plus que la crypte, dite aussi parloir des moines, dont le plafond voûté est supporté par des colonnes de marbre.

Ces vestiges ont été intégrés à la construction d'une grande demeure qui abrite aujourd'hui de riches collections d'art: meubles de tous les styles, et une rare marine de Gainsborough. Les beaux jardins qui l'entourent ont été dessinés dans les années 30 pour Lord Fairhaven qui a supervisé l'agencement des statues et des parterres.

Lire la suite

Le commerce de la laine

Depuis le XIIIe siècle, le commerce de la laine a une importance capitale pour l'économie anglaise. La Peste noire, qui dévasta l'Angleterre en 1348, a été un des facteurs indirects du développement de cette industrie; nombre de cultivateurs étaient morts, et sur leurs terres on mit de plus en plus de moutons... Vers 1350, Edouard III décida d'établir une véritable industrie nationale de la laine et fit venir en Angleterre des tisserands flamands. La plupart d'entre eux s'installèrent dans l'East Anglia, prnicipalement dans le Suffolk. Pendant cette période de prospérité, de nombreuses églises ont été construites - il y en a près de 2 000 dans l'East Anglia. Le déclin de cette industrie s'amorça à la fin du XVIe siècle avec l'apparition des 1ers métiers à tisser mus par l'énergie hydraulique, car sur les rivières de la région il était impossible d'installer ces nouveaux métiers. Aujourd'hui, ce sont les visiteurs qui bénéficient indirectement de ce déclin; les magnifiques constructions Tudor que l'on voit aujourd'hui ont pu subsister parce que Lavenham et Bury St Edmunds n'ont jamais été assez riches pour les jeter bas et se moderniser.

Lire la suite

Newmarket

Une simple promenade le plong de la rue principale de la ville permet de comprendre très vite ce qui fait sa prospérité. Dans les boutiques, on trouve de la nourriture pour les chevaux et toutes sortes d'accessoires pour les cavaliers.

À Newmarket se déroulent de spectaculaires courses de chevaux depuis le jour où Jacques Ier, qui venait souvent chasser dans la région, jugea que ces landes immenses seraient un terrain idéal pour organiser des courses entre ses propres chevaux et ceux de ses amis. La 1re eut lieu en 1622. Charles II partagea la passion de son grand-père au point de venir avec toute sa cour passer toute la belle saison à Newmarket.

À Newmarket et dans les environs, il y a aujourd'hui plus de 2 500 chevaux à l'entraînement et 2 courses célèbres s'y déroulent chaque année entre avril et octobre. Quelques écuries sont ouvertes au public, et le matin de bonne heure on peut assister à l'entraînement des chevaux.

On peut aussi visiter le National Stud, ou haras national, où sont élevés les étalons. Avec un peu de chance, surtout en avril et mai, vous verrez aussi quelques poulains nouveau-nés. Dans le National Stud se trouve Tattersall's, où les pursang sont vendus aux enchères.

Le National Horseracing Museum, musée national des courses de chevaux, est tout entier consacré à ce sport. On y voit de nombreuses oeuvres d'art sur le thème du cheval et, plus inattendu le squelette d'un cheval presque mythique, Eclipse, qui gagna 18 courses consécutives en 1769-1770. Eclipse est l'ancêtre de quelques-uns des meilleurs chevaux de course actuels.

Lire la suite

Bury St Edmunds

Saint Edmond, décapité par les Danois en 870, est le dernier roi saxon d'East Anglia. Selon une légende, un loup serait venu après sa mort récupérer la tête du saint. Le roi Edmond a été canonisé en 900 et enterré à Bury, où le roi Canut fit construire en 1014 une abbaye en son honneur. Cette abbaye était la plus riche du pays, jusqu'à ce qu'un incendie la détruise en 1347. On peut en voir les vestiges dans un jardin du centre-ville.

Tout près se dressent 2 grandes églises construites au XVe siècle, époque de prospérité pour la ville. Saint-Jacques a été érigé en cathédrale en 1914. À Sainte-Marie, on remarquera le porche nord et la belle charpente de la nef. Une dalle marque l'emplacement de la tombe de Marie Tudor.

Non loin de la croix de la place du marché à Cornhill, transformée en 1714 par Robert Adam, s'élève Moyse's Hall, une maison de négociant du XIIe siècle qui abrite aujourd'hui le musée municipal. On peut y voir les objets retrouvés à West Stowe, un site de l'âge du fer.

Aux environs

À 5 km au sud-ouest de Bury se trouve Ickworth House, belle demeure du XVIIIe siècle. Ce bâtiment néoclassique entouré d'un parc se compose d'une rotonde flanquée de 2 ailes. Il abrite une belle collection de peintures et d'oeuvres d'art: toiles de Reynolds et Titien, argenterie, porcelaines, sculptures.

Lire la suite

Lavenham

Avec ses maisons bicolores à colombage et ses rues pittoresques dont le tracé n'a guère changé depuis le Moyen Âge, la petite ville de Lavenham est sans doute l'une des plus jolies de toute l'Angleterre. Entre le XIVe et le XVIe siècle, elle fut uen plaque tournante très importante pour le commerce de la laine dans le Suffolk. De cette période prospère, elle conserve de très nombreux bâtiments, dont beaucoup, comme le splendide Little Hall, sont préservés.

Aux environs

La maison de Gainsborough est un musée dédiée au peintre.

Lire la suite

Coggeshall

Cette petite ville abrite 2 des plus beaux bâtiments du Moyen Âge et de l'époque Tudor de tout le pays. Coggeshall Grande Barn, datant de 1140, est la plus ancienne grange à pans de bois d'Europe. À l'intérieur sont exposées des machines agricoles anciennes. Paycoke's est une belle maison à pans de bois (v. 1550). L'intérieur est remarquablement conservé; les dentelles fabriquées dans la région y sont présentées.

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site