En ville

À bicyclette

Les Britanniques aiment la bicyclette et il est possible d'en louer un peu partout dans le pays. Au prix d'un supplément, vous pourrez aussi emporter la vôtre dans la plupart   des trains. En ville, beaucoup de rues comportent une piste cyclable possédant sa propre signalisation, mais il est défendu de rouler à vélo sur les trottoirs et dans les zones piétonnières. Cette interdiction s'applique également aux autoroutes et à leurs voies d'accès.

À pied

N'oubliez pas que les voitures roulent à gauche! Des instructions écrites sur la chaussée en général le sens de la circulation (et donc l'origine du danger) aux passages protégés. Ces derniers sont de 2 types: les zebra crossings marqués par des bandes blanches et une balise jaune où les piétons engagés jouissent d'une priorité absolue, et ceux que commande un bouton où les voitures ne s'arrêteront pas avant qu'un signal lumineux le leur impose. Les municipalités créent de plus en plus de zones piétonnières dans les centres-villes.

Le métro londonien

Newcastle et Glasgow possèdent également chacune un métro, circulant aux mêmes heures que celui de Londres, mais leurs réseaux se limitent à quelques stations dans le centre de Newcastle et dans le centre de Newcastle et dans le centre et l'immédiate périphérie de Glasgow.

L'Underground londonien, ou tube, comprend quand à lui plus de 270 stations appartenant à 11 lignes. Chacune de ces lignes possède une couleur spécifique sur les plans, ou Journey Planners, affichés dans chaque station. Les trains circulent tous les jours (sauf celui de Noël) de 5 h 30 à minuit. Le prix du billet varie suivant votre destination, et si vous prévoyez d'effectuer plus de 2 trajets par jour, vous avez tout intérêt à acquérir une Travelcard, forfait valide sur tous les transports urbains de la capitale. Elle vous reviendra moins cher si vous l'achetez avant votre départ auprès de British Rail International.

Les tramways

Après avoir failli disparaître, les trams, remis au goût du jour, reconquièrent les villes. Le meilleur réseau est incontestablement celui de Manchester.

Les visites guidées en autobus

Parmi les visites guidées organisées dans les villes touristiques, les plus agréables par beau temps snt celles qui se font en autobus à impériale découverte. Les offices du tourisme vous les indiqueront. La plupart des compagnies offrent la possibilité de commander des visites privées.

Les taxis

Les taxis agréés portent sur le toit un signal qu'ils allument lorsqu'ils sont libres. Pour obtenir leur licence, leurs chauffeurs continuent de passer un examen exigeant une parfaite connaissance de la ville et des itinéraires les plus rapides pour la traverser. Vous pouvez les appeler, les trovuer aux stations de taxis ou les arrêter dans la rue en agitant vigoureusement de bras. À Londres, ils ne peuvent refuser de vous emmener à votre destination si elle se trouve dans un rayon de 9 km et dans le district de la police métropolitaine (la majeure partie du Grand-Londres et l'aéroport d'Heathrow).

Dans ces taxis, un compteur vous indique l'évolution du prix de la course. Il augmente toutes les minutes ou tous les 311 m (340 yards). La prise en charge est d'environ 1 £ et bagages, passagers supplémentires et heures particulières (notamment la nuit) donnent lieu à des suppléments. Les chauffeurs s'attendent à un pourboire de 10 % à 15 % du prix de la course. Si vous avez une réclamation à émettre, relevez le numéro d'enregistrement inscrit à l'arrière du véhicule.

Concurrents des taxis agréés, les mini-cabs" sont des voitures normales que vous pouvez prendre en téléphonant à une société ou en passant à son siège ouvert souvent 24 h sur 24. Si l'un d'eux s'arrête dans la rue, sachez que beaucoup opèrent illégalement et peuvent être dangereux. Vous trouverez les numéros des compagnies de minicabs dans les Yellow Pages. Dans tout taxi ne possédant pas de compteur, négociez le prix de votre trajet avant le démarrage. Les offices du tourisme vous renseigneront sur les tarifs en vigueur.

En voiture

Beaucoup de visiteurs hésitent à se risquer en voiture dans les rues des grandes villes britanniques, mais si vous avez pris l'habitude de rouler à gauche et que vous respectez le code de la route, vous n'y correz pas de risques particuliers. C'est le stationnement qui pose en fait le plus de problèmes et, malgré le prix, vous aurez le plus souvent intérêt à vous garer dans un parking. Si vous optez tout de même pour la rue, prenez garde à ne pas vous mettre en infraction, notamment en dépassant le temps acheté à un parcmètre. Votre voiture risquerait d'être immobilisée par un sabot ou emportée à la fourrière.

Les autobus

La privatisation de certains réseaux de transports urbains à conduit à un système complexe, plusieurs compagnies se concurrençant souvent sur les lignes les plus fréquentées. Même à Londres, les autobus traditionnels cèdent peu à peu la place à des véhicules modernes plus pratiques mais beaucoup moins pittoresques. Dans la plupart des cas, vous payez votre trajet au chauffeur en montant, si possible en faisant l'appoint. Le conducteur n'acceptera pas toujours une grosse coupure et jamais un chèque ou une carte bancaire. Gardez votre ticket jusqu'à l'arrivée, sous peine de risquer une amende à régler sur-le-champ. Beaucoup de grandes villes proposent des forfaits à la journée ou à la semaine offrant, de jour, un accès illimité à tous les transports urbains. Ils s'achètent souvent chez les marchands de journaux. Les services de nuit, généralement de 23 h au petit matin, n'existent pas dans les cités les plus importantes. À Londres, ces lignes passent toutes par Trafalgar Square et se reconnaissent au N qui précède leur numéro. Les forfaits ne sont pas valables dans ces bus. Les offices du tourisme vous renseigneront sur les horaires, les parcours et les tarifs. Certains distribuent des plans des transports publics de la ville.

Des panneaux à l'avant des véhicules indiquent leur destination. Si vous avez peur de ne pas reconnaître l'endroit où vous devez descendre, demandez au conducteur de vous prévenir. En principe, il n'y qu'aux arrêts marqués "Request" que vous avez besoin de lever le bras pour arrêter le bus afin de monter à bord, ou de sonner pour demander de descendre. En pratique, mieux vaut le faire à tous.

Même dans les agglomérations dotées de couloirs réservés, les aléas de la circulation rendent les horaires purement indicatifs. En particulier aux heures de pointe, aller à un rendez-vous urgent peut se transformer uen une interminable torture.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site