Histoire

Les origines

De nombreux vestiges témoignent en Ecosse d'un important peuplement préhistorique, notamment dans les Western Isles alors habitées principalement par des Pictes, Celtes originaires du continent. Au 1er siècle après Jésus-Christ, c'est au moins à 17 tribus que doivent se confronter les envahisseurs romains, dont la conquête s'arrête aux vallées du Forth et de la Clyde au pied des Highlands. En 120, les Romains ont reculé à peu près jusqu'à l'actuelle frontière et l'empereur Hadrien fait construire une muraille courant d'une mer à l'autre pour protéger les territoires qu'il contrôle.

Celtes venus d'Irlande, les Scots, aussi appelés Gaëls, fondent au VIe siècle un royaume en Ecosse. Sous l'autorité de Kenneth McAlpin, ce royaume s'unit en 843 à celui des Pictes. Il incorpore en 1018 la région du Lothian peuplée par des angles d'origine germanique et en 1034 le territoire des Britons, celtes eux aussi.

La revendication anglaise

Bien que Guillaume le Lion d'Ecosse ait reconnu leur souveraineté par le traité de Falaise (1174), les rois normands, descendants de Guillaume le Conquérant, ne parviennent pas à étendre leur contrôle sur les Highlands et les îles. En 1296, John Wallace, soutenu par les Français (le début de l'Auld Alliance qui dura 2 siècles), entame une guerre d'indépendance pendant laquelle Edouard Ier d'Angleterre s'empare de la pierre sacrée de Scone et l'installe à l'abbaye de Westminster. Bien que n'ayant pu profiter de ses pouvoirs magiques, le roi Robert Bruce remporte en 1314 contre les Anglais la bataille décisive de Bannockburn.

La voie vers l'union

En 1503, Jacques IV d'Ecosse épouse Marguerite Tudor, fille de son puissant voisin, le roi Henry VII. Malgré ce pas vers l'union, il entre en guerre en 1513 contre Henri VIII, monté sur le trône en 1509. Il meurt à la bataille de Flodden Field où les troupes écossaises sont écrasées. Son fils Jacques V épouse en 2ndes noces une princesse française, Marie de Guise, qui devient régente après sa mort en 1542. Quoique catholique fervente, elle ne peut entrayer les progrès de la Réforme et, en 1560, le prêcheur John Knox fonde l'Eglise presbytérienne. L'année suivante, Marie Stuart assume le pouvoir. Veuve de François II de France, elle est aussi héritière du trône d'Angleterre, Elisabeth Ire n'ayant pas de descendance. Son catholicisme trop intransigeant et son mariage avec l'assassin de son 2e mari soulèvent une telle hostilité qu'elle est contrainte à l'abdication en 1568. Réfugiée en Angleterre, elle est exécutée en 1587.

Union et révolte

À la mort sans descendance d'Elisabeth Ire en 1603, Jacques VI d'Ecosse lui succède sur le trône d'Angleterre sous le nom de Jacques Ier et unit ainsi les 2 couronnes. Tolérant, il réussit à contenir en Ecosse les rivalités entre les membres de l'Eglise presbytérienne, les défenseurs de l'Eglise anglicane et les catholiques. En tentant d'imposer l'anglicanisme, son fils, Charles Ier, provoque une révolte qui culmine en 1638 par la signature à Edinburgh du National Covenant, document condamnant les doctrines catholique et anglicane. Des conflits de religionss déchirent alors le pays, jusqu'à ce que Guillaume III, couronné roi d'Angleterre en 1689, accorde son autonomie à l'Eglise presbytérienne. En 1707, l'Acte d'Union officialise toutefois la dépendance de l'Ecosse en supprimant son Parlement. En 1746, la tentative du dernier des Stuarts, Bonnie Prince Charlie, pour reprendre le trône échoue à Culloden.

Industrialisation et bouleversements sociaux

La fin du XVIIIe siècle voit l'expulsion de nombreux fermiers des Highlands par des propriétaires terriens décidés à développer l'élevage. Ce mouvement, qui entraîna une terrible émigration, fut d'une telle ampleur qu'il prit le nom de Highland Clearances. À la même époque, l'industrialisation se développe dans les Lowlands, notamment l'exploitation minière, la sidérurgie et la construction navale.

Ces transformations n'apportent pas que des progrès et un puissant mouvement syndical voit le jour dans les populations défavorisées. En 1892, Keir Hardie, un mineur de l'Ayrshire, devient le 1er socialiste élu au Parlement. Il fonde l'année suivante l'Independent Labour Party.

L'Ecosse aujourd'hui

La dépression qui toucha les pays occidentaux dans les années 1920 eut de graves conséquences pour la vallée de la Clyde très industrialisée. La fondation en 1928 du Scottish Nationalist Party témoigne à la même époque d'un retour aux valeurs traditionnelles des Highlands. L'essor du tourisme dans une région qui accueille aujourd'hui 12 millions de visiteurs par an a contribué à le renforcer, ainsi que la découverte en 1970 de pétrole en mer du Nord. Avec la mise en place de la New Labour en 1997, ce sentiment n'a pu être ignoré plus longtemps et un référendum concernant l'autonomie du pays a été organisé. Lors du référendum de 1998, les écossais choisirent d'avoir leur propre assemblée, le Parlement écossais fut inauguré en 1999.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site