Le sud et le centre

Tintern Abbey

Depuis le XVIIIe siècle, les paysages de la vallée profonde et boisée de la Wye et les ruines majestueuses de l'abbaye ont séduit bien des voyageurs et inspiré des poètes. Un sonnet de Wordsworth, Lines composed a few miles above Tintern Abbey, décrit cet endroit romantique:

[...] une fois encore
J'aperçois ces versants abrupts et altiers,
Qui a ce cadre sauvage et solitaire impriment
Des pensées d'une solitude plus profonde [...]

L'abbaye fut fondée en 1131 par des moines cisterciens qui cultivaient les terres avoisinantes (aujourd'hui une forêt). Ils en firent un influent foyer religieux. Au XIVe siècle, c'était l'abbaye la plus riche du pays de Galles, mais elle subit le sort des autres monastères en 1536 lors de la Dissolution. Ses ruines sont ouvertes à tous les vents, et les arcs et les fenêtres leur donnent une beauté et une grâce mélancoliques.

Lire la suite

Monmouth

L'histoire de cette ville de marché située au confluent de la Wye et de la Monnow est riche. Derrière Agincourt Square se trouve le château du XIe siècle, à présent en ruine, où naquit Henri V en 1387. À côté, le Regimental Museum. Une statue d'Henri V se dresse sur la place, ainsi que celle de Charles Stewart Rolls, né non loin de là, à Hendre. Le cofondateur de l'entreprise de construction d'automobiles Rolls-Royce est mort dans un accident d'avion en 1910.

Lord Horatio Nelson, le célèbre amiral, vint à Monmouth Museum, en évoque le souvenir.

Monmouth était le chef-lieu du comté de Montmouthshire, comme le rappellent les élégants et opulents bâtiments georigens, dont le Shire Hall raffiné, qui domine Agincourt Square. À l'entrée ouest se trouve le monument majeur de la ville; l'étroit Monnow Bridge, du XIIIe siècle, est sans doute le seul pont fortifié encore debout en GB.

Du haut du Kymin (256 m), on a la meilleure vue sur les environs. Le Naval Temple qui le couronne date de 1801, quand la marine britannique "régnait sur les mers".

Lire la suite

Blaenafon

Les mines de charbon des vallées du sud du pays de Galles sont presque toutes désaffectées, alors qu'il y a 100 ans la prospection de la houille agitait cette région. Si l'on n'extraie plus de chabron au Big Pit, le Mining Museum entretient le souvenir de cette puissante industrie. Fermé en 1980, le Big Pit rouvrit 3 ans plus tard comme musée. Une parcours balisé à la surface mène des bains des mineurs à la forge, aux ateliers et à la salle des machines. On y voit aussi la réplique d'une galerie souterraine, où les méthodes de travail sont expliquées. Mais le moment fort de la visite se passe sous terre. Equipé d'un casque de mineur, d'une lampe et de batteries de sécurité, on descend dans une cage à 90 m au-dessous de la surface, avant de suivre d'anciens mineurs à travers les galeries et les écuries souterraines.

Blaenafon conserve aussi des vestiges de l'industrie sidérurgique; de l'autre côté de la vallée s'élèvent les hauts fourneaux du XVIIIe siècle et les cottages ouvriers qui faisaient partie des Blaenafon Ironworks. C'est aujourd'hui un musée industriel.

Lire la suite

Caerleon

Caerleon fut, avec York et Chester, l'un des 3 camps romains de GB destinés à des légions d'élite. À partir de 74 apr. Jc, Caerleon (Isca pour les Romains, du no de l'Usk qui arrose la ville) fut la garnison de la IIe légion Augusta, envoyée au pays de Galles pour mater les tribus silures. Les vestiges de leur camp se trouvent maintenant sous la ville moderne et le fleuve.

Les fouilles de Caerleon ont été riches d'enseignement sur la vie sociale et militaire. En effet, les Romains n'avaient pas seulement construit un camp pour les 5 500 soldats de leur troupe d'élite, mais une ville entière. À en juger par les fouilles effectuées depuis la mise au jour d'un amphithéâtre en pierre par Sir Mortimer Wheeler en 1926, Caerleon est l'un des sites militaires romains les plus vastes et les plus importants d'Europe. Les défenses englobent, sur 20 ha, 64 rangées de casernes disposées 2 par 2, un hôpital et des thermes.

À l'extérieur du camp, les fondations de l'amphithéâtre sont très bien conservées. Il pouvait accueillir 6 000 spectateurs venus venir voir des sports violents ou des combats de gladiateurs. Les thermes, qui se visitent depuis 1985, sont plus impressionnants encore. Somptueux, ils apportaient tout le confort de la civilisation à une armée postée aux marches des contrées barbares: une piscine découverte, un terrain d'exercice, un gymnase et une suite de bains-chaud, tiède et froid.

À côté se trouvent les fondations des seuls baraquements de légionnaires visibles en Europe. Les nombreux objets découverts sur le site, parmi lesquels une belle collection de pierres gemmes gravées, sont exposés au Legionary Museum.

Lire la suite

Swansea et la péninsule de Gower

La 2e ville du pays de Galles s'étend le long d'une vaste baie incurvée. Le centre fut reconstruit après les bombardements de la 2e Guerre mondiale, mais l'atmosphère galloise prévaut toujours, en particulier au marché, où vendues des spécialités comme le laverbread et les coques pêchées sur la côte. Le projet du Maritime Quarter a transformé les docks. Dans un vieil entrepôt du front de mer, le Maritime and Industrial Museum évoque les industries du cuivre et du fer-blanc et le 1er chemin de fer transportant des voyageurs, le Mumbles Railway hippomobile (1807).

Une statue de John Henry Vivian (1779-1855), magnat du cuivre, domine le port de plaisance. Cette grande famille de Swansea a fondé la glynn Vivian Art Gallery où sont exposées de belles céramiques et porcelaines locales. Le Swansea Museum, le plus vieux musée du pays de Galles (1838), traite de l'archéologie et de l'histoire galloises.

Dylan Thomas (1914-1953), poète dont la statue domine le Maritime Quarter, a passé son enfance dans les collines des faubourgs ouest. Un de ses 1ers poèmes, The Hunchdback in the Park, évoque Cwmdonkin Park ; dans son jardin aquatique, une pierre rappelle Fern Hill, une des oeuvres les plus célèbres du poète.

L'austère Guildhall (1934) est orné de grands panneaux de Sir Frank Bragwyn (1867-1956) illustrant le thème de l'Empire britannique. À l'origine destinés à la Chambre des lords, ils furent jgés trop colorés et incongrus

La baie de Swansea mène aux Mumbles, centre de sports nautiques aux portes de la péninsule  de Gower (site naturel classé en 1956). Un chapelet de baies abritées orientées au sud mène à Oxwich et Port-Eynon, plages jadis hantées par les contrebandiers.

De Port-Eynon, la falaise calcaire s'interrompt de façon spectaculaire à Rhossili et à Worm's Head, promontoire accessible à marée basse. La grande plage de Rhossili s'étend vers le nord de Gower et une côte parsemée de terriers profonds, de marais salants et de bancs de vase. Sur la presqu'île, on peut voir de nombreux sites préhistoriques comme Parc Le Breose, une chambre funéraire.

Lire la suite

Tenby

Malgré l'important afflux touristique, Tenby a trouvé un équilibre, refusant de perdre son caractère come tant de villes balnéaires. Les maisosn georgiennes qui bordent le port précédent une ville médiévale bien conservée au sommet de la falaise, avec ses ruelles et ses passages. La vieille ville était défendue par des fortifications aujourd'hui en ruine, sur le promontoire. Les murailles du XIIIe siècle ainsi qu'une porte fortifiée, les Five Arches, sont encore debout.

La Tudor Merchant's House (XVe siècle), remarquable par ses cheminées d'origine, témoigne de la prospérité maritime passée de Tenby. Du port abrité partent régulièrement des croisières pour Caldey Island, à 5 km au large, où une communauté de moines fabrique du parfum à partir des fleurs sauvages qu'ils récoltent sur place.

Lire la suite

Aberaeron

Au début du XIXe siècle, son port bordé de maisons georgiennes se consacrait au commerce et à la construction navale. Les rues furent tracées à l'époque où les ports de la baie de Cardigan étaient particulièrement prospères, avant l'arrivée du chemin de fer. Le dernier navire est sorti des chantiers en 1994, et seuls les bateaux de plaisance fréquentent encore assidûment le port. On peut le traverser l'été par l'Aeron Ferry, réplique approximative du bac de 1885. Sur le quai, la Honey Bee Exhibition montre des abeilles à l'oeuvre dans des ruches transparentes.

Lire la suite

L'hôtel de Savin

À l'ouverture du Cumbrian Railway, en 1864, l'homme d'affaires Thomas Savin fit construire un hôtel à Aberystwyth pour le tourisme de masse. Il se ruina, mais des gens du pays rachetèrent ce bâtiment du front de mer aux tours néo-gothiques pour fonder une université galloise. L'université du bord de mer, aujourd'hui Theological College, ouvrit ses portes en 1872.

Lire la suite

Aberystwyth

Cette ville balnéaire et universitaire revendique la position de capitale du centre du pays de Galles. Dans cette région rurale, "Aber" paraît une grande ville, d'autant que de nombreux étudiants viennent accroître sa population.

Au XIXe siècle, Aberystwyth était la "Barritz du pays de Galles". La promenade et ses hôtels de pignon n'ont guère changé. L'été, un train électrique le Cliff Railway, vous mènera au sommet de Constitution Hill, hauteur abrupte située au nord. Là, dans une chambre obscure, une lentille projette des vues de la ville. Le château (1277) en ruine se trouve au sud de la promenade. Dans le centre, le Ceredigion Museum, dans un ancien théâtre de variétés, retrace l'histoire de la ville. Au nord-est de celle-ci, la bibliothèque, The National Library of Wales, qui jouxte l'université, conserve une collection de manuscrits gallois.

Aux environs

L'été, le Vale of Rheidol Railway, chemin de fer à voie étroite, parcourt 19 km jusqu'au Devil's Bridge, où une série de chutes d'eau spectaculaires se précipitent dans un ravin boisé et où un sentier à pic descend au fond de la vallée.

Lire la suite

Machynlleth

Les maisons à colombage et les façades georgiennes s'y mêlent aux maisons de pierre grise. C'est ici qu'Owain Glyndŵr, dernier chef gallois, réunit un parlement en 1404. Parliament House, restaurée, abrite une exposition qui lui est consacrée et un atelier de polissage du bronze.

En 1874, le marquis de Londonderry fit ériger la tour de l'horloge ouvragée (Clock Tower), au milieu de Maengwyn Street, pour célébrer la majorité de son héritier, Lord Castlereagh. Il habitait Plas Machynlleth, maison du XVIIe siècle située dans un parc au bord de la grand-rue, transformée en centre de la civilisation celte.

Aux environs

Dans une ancienne carrière d'ardoise à 4 km au nord, un "village du futur" est administré par le Centre for Alternative Technology (centre des technologies de rechange). Un funiculaire hydraulique conduit les visiteurs aux maisons à faible consommation d'énergie et aux jardins biologiques.

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×