Oxford

Sheldonian Theatre

Le bâtiment a été élevé en 1669 par Sir Christopher Wren. C'est Gilbert Sheldon, archevêque de Canterbury, qui finança la construction, qui devait servir de cadre aux cérémonies de remise des diplômes. Le plan ovale du bâtiment est inspiré du théâtre de Marcellus à Rome. Depuis le lanternon de la coupole octogonale, on découvre une très belle vue sur la ville. Le plafond du théâtre est décoré de peintures allégoriques représentant le triomphe de la Religion, de l'Art et de la Science sur l'Envie, la Haine et la Méchanceté.

Lire la suite

University Museum et Pitt Rivers Museum

2 des plus intéressants musées d'Oxford sont côte à côte. Le 1er est le Muséum d'histoire naturelle, qui abrite des squelettes de dinosaures et un dodo empaillé, cet oiseau qui ne pouvait voler et qui a disparu dès le XVIIe siècle. C'est peut-être celui-là que l'on retrouve dans Alice aux Pays des Merveilles de Lewis Caroll (de son vrai nom Charles Dodgson, maître de conférences en mathématiques à Oxford). Le Pitt Rivers Museum est l'une des plus grandes collections ethnogrpahiques du monde. On y trouve des masques, des objets tribaux d'Afrique et d'Extrême-Orient, et les trésors archéologiques collectés par le capitaine Cook. Dans Banbury Road, une annexe du musée présente un étonnant éventail d'instruments de musique; un équipement audio permet d'en entendre jouer.

Lire la suite

St Mary the Virgin Church

L'église officielle de l'université est, dit-on, la plus visitée d'Angleterre. Les parties les plus anciennes, dont la tour, datent du XIVe siècle. La salle où les professeurs tiennent leurs assemblées générales, de la même époque, a abrité la 1re bibliothèque de l'université jusqu'à la fodnation de la Bodléienne en 1488. C'est dans cette église que les 3 martyrs d'Oxford ont été déclarés hérétiques en 1555. Le joyau de l'église est son porche sud, baroque, construit en 1637.

Lire la suite

Oxford Story

L'histoire d'Oxford est évoquée à travers des présentations audiovisuelles bien conçues qui mettent en scène des effigies grandeur nature des grandes figures historiques de la ville.

Lire la suite

Martyrs' Memorial

Il commémore le martyre de 3 protestants condamnés au bûcher dans Broad Street: les évêques Latimer et Ridley en 1555, et l'archevêque Cranmer en 1556. Quand, en 1553, la reine Marie monta sur le trône, ils furent emprisonnés à la Tour de Londres, puis envoyés à Oxford pour défendre leurs opinions religieuses devant un cénacle de théologiens, qui les condamnèrent pour hérésie.

Le mémorial a été réalisé en 1843 par George Gilbert Scott qui s'est fortement inspiré de l'architecture gothique.

Lire la suite

Museum of Oxford

Une présentation intelligente illustre, dans l'hôtel de ville du siècle dernier, la longue et passionnante historie d'Oxford et de son université; on découvre ainsi le four d'un potier romain, un sceau de la ville datant de 1191 et une série de pièce d'époque reconstituées.

 

Lire la suite

Holywell Music Room

 C'est la 1re vraie salle de concert construite en Europe (1752). D'ordinaire, les concerts avaient lieu chez des particuliers et pour leurs seuls invités. Les 2 superbes lustres qui éclairent la pièce décoraient Westminster Hall en 1820, pendant les cérémonies du couronnement de George IV, ils furent offerts à Wadham College, dont dépend administrativement la salle de musique, par le roi lui-même. à Holywell ont lieu des concerts de musique classique ou contemporaine.

Lire la suite

Carfax Tower

Cette tour est l'unique vestige de l'église Saint-Martin construite au XIVe siècle et démolie en 1896 pour permettre l'élargissement de la route. Sa belle horloge sonne tous les quarts d'heure; du sommet, panorama exceptionnel de la ville. Carfax se trouvait à l'intersection des 1res routes est-ouest et nord-sud; le nom de Carfax vient du français "4 voies".

Lire la suite

Botanic Gardens

Ce sont les plus anciens jardins botaniques d'Angleterre. Ils furent aménagés en 1621 (il subsiste d'ailleurs un if de cette époque) pour le comte de Danby. Le portail d'entrée, très travaillé, a été dessiné par Nicholas Stone en 1633. Il s'orne des statues du comte de Danby, de Charles Ier et de Charles II. Avec ses parterres fleuris au dessin très précis, ses plates-bandes de plantes herbacées et son jardin de rocaille, ce petit jardin clos est un endroit idéal pour marquer une paune et flâner un peu. 

Lire la suite

Ashmolean Museum

Ce musée est le 1er en Angleterre qui soit abrité dans un bâtiment spécialement construit pour lui. C'estaussi l'un des plus beaux du pays hors de la capitale. Il a ouvert ses portes en 1683, et proposait alors aux visiteurs la collection de curiosités des Tradescant, père et fils. Collectionneurs et botanistes, ils firent de nombreux voyages en Orient et en Amérique, et rassemblèrent ainsi nombre d'objets étonnants, animaux empaillés, objets d'art primitif, toutes choses qui n'avaient encore jamais été montrées en Angleterre. À leur mort, leurs trésors furent acquis par l'antiquaire Elias Ashmole, qui les légua à l'université et fit constrire pour les abriter un bâtiment dans Broad Street, aujourd'hui le musée d'Histoire des sciences.

Au XIXe siècle, une partie des collections fut ajoutée à celles du musée de l'Université, abrité dans une magnifique bâtisse néo-classique de 1845, agrandie depuis et connue aujourd'hui sous le nom d'Ashmolean Museum.

Des oeuvres d'art, notamment des peintures et des dessins, sont venues d'enrichir les collections initiales. Citons le Saint Jérôme lisant de Bellini (vers 1490), les 2 têtes d'apôtres de Raphaël (1519), Le Grand Canal de Venise de Turner (1840), Saskia endormie de Rembrandt (1635), une Crucifixion de Michel-Ange (1557), Les Toits bleus de Picasso (1901) et un bel ensemble de toiles préraphaélites de Rossetti, Millais et Hunt. On verra aussi des sculptures grecques et romaines, une collection d'instruments à cordes, des aquarelles de Rowlandson. Dans la superbe série de monnaies, la 2e d'Angleterre par son importance, figure une couronne d'Oxford en argent qui fut frappée dans la ville en 1644, en pleine guerre civile, alors que Charles Ier y résidait. Mais la perle du musée reste l'anneau d'or émaillé, vieux de plus de 1 000 ans, dit le "Joyau du roi Alfred".

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×