villes londoniennes

Richmond et Kew

Le charmant village de Richmond doit son nom à un palais construit en 1500 par Henri VII, alors comte de Richmond, dans le Yorkshire. On voit encore quelques ruines de ce château. Tout près s'étend le vaste parc de Richmond, où Charles Ier donnait des chasses. L'été, on peut y venir en bateau depuis Westminster Pier; c'est l'occasion de quitter Londres pour passer une journée à la campagne.

La noblesse a continué de fréquenter Richmond après le départ des rois, comme en témoignent plusieurs belles demeures qui nous sont parvenues: Marble Hill House, par exemple, construite en 1729 pour la maîtresse de George II, ou Ham House, sur l'autre rive de la Tamise. Cette belle bâtisse de 1610 a une curieuse origine. La comtesse de Laudershale hérita cette demeure de son père, qui avait été le "whipping boy" du roi Charles Ier : c'est lui qui était puni à la place du futur roi quand ce dernier avait commis quelque méfait. À l'âge adulte, Lauderdale  reçut Ham et un titre de pair en récompense de son dévouement...

Un peu plus au nord, se situe Syon House, où les ducs de Northumberland ont vécu pendant 4 siècles. On peut y voir une collection de voitures anciennes, une serre à papillons et une serre spectaculaire de 1830. L'intérieur de la demeure est superbe, avec les pièces néoclassiques décorées par Robert Adam dans les années 1760.

La rivière est bordée au sud par le jardin botanique de Kew, le plus complet du monde, avec près de 40 000 plantes différentes. Les immenses serres de verre et de fer construites au siècle dernier abritent les espèces exotiques.

Lire la suite

Greenwich

Depuis 1884, c'est l'Old Royal Observatory, aujourd'hui devenu un musée, qui donne l'heure exacte au monde entier. Aussi Greenwich était-il l'endroit évident pour Millenium Dome construit pour le nouveau millénaire. Le passé maritime et royal de la région est omniprésent. La ville possède de très belles demeures néoclassiques et un parc; on y trouve aussi de nombreuses boutiques d'antiquités et de livres anciens, des marchés. Queen's House, la Maison de la reine, a été dessinée par Inigo Jones pour l'épouse de Jacques Ier, mais elle ne fut achevée qu'en 1637 pour Henriette-Marie de France, épouse de Charles Ier. Tout près est situé le National Maritime Museum, qui illustre anglaise. En remontant vers la Tamise, on renontre, le Royal Naval College, conçu par Wren en 2 parties afin de préserver la perspective sur la rivière depuis Queen's House. Palais royal, hôpital et enfin collège naval depuis 1873, le bâtiment abrite une chapelle rococo et un splendide salon peint en trompe-l'oeil.

Lire la suite

East End et les quartiers des docks

Au Moyen Âge, on ne pouvait pratiquer dans la City des activités nocives ou gênantes pour la communauté. C'est ainsi que le brassage de la bière, la teinture des textiles ou la fabrication du vinaigre étaient relégués dans l'East End. Dès le XVIIe siècle, le quartier accueillit aussi de nombreux immigrants, dont les huguenots français fuyant les persécutions. Ils installèrent dans Spitalfields des filatures de soie. Le textile est resté l'activité essentielle du quartier, avec l'arrivée de tailleurs et de fourreurs juifs dans les années 1880, et l'installation de tisserands bengalis depuis les années 50.

Pour goûter l'atmosphère si particulière de l'East End, rien ne vaut une promenade sur les marchés du dimanche matin. Les amateurs de contrastes pourront visiter aussi le quartier des docks (Docklands), un ensemble de bâtiments contemporains édifiés à l'emplacement de docks désaffectés, dominé par Canada Tower, le plus haut bâtiment de Londres, avec ses 250 m de haut. Une visite s'impose aussi au musée de l'Enfant (Bethnal Green Museum of Childhood) à l'étonnante collection de jouets et de maisons de poupée, et à la maison de Dennis Severs (Dennis Sever's House), où cet acteur et créateur de décors a reconstitué des intérieurs des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles.

Lire la suite

Camden et Islington

Camden fourmille de restaurants et de boutiques; il s'y tient aussi un marché très animé. Des milliers de personnes s'y rendent tous les week-ends pour flâner le long des stands ou tout simplement pour renifler l'atmosphère du charmant secteur pavé proche du canal, rendez-vous des musiciens et des artistes de rue. Islington était autrefois une station thermale très en vogue, mais la région déclina rapidement dès la fin du XVIIIe siècle. Au XXe siècle, des écrivains comme Evelyn Waugh, George Orwell et Joe Orton y ont vécu. Depuis quelques années, Islington est revenue à la mode et s'est "embourgeoisée"; les maisons anciennes, rachetées puis restaurées, ont toutes repris vite.

Highgate

Le site de Highgate est habité depuis le Moyen Âge. Comme Hampstead, ce quartier était déjà à la mode sous les Tudors. Avec ses belles demeures du siècle dernier, Highgate a conservé quelque chose de très rural, et semble à 1000 lieues de la grande ville.

Les beaux monuments funéraires du cimetière de Highgate, ouvert en 1839, créent une atmosphère très particulière. Des visites guiodées (tous les jours en été, le week-end pendant l'hiver) expliquent l'histoire du cimetière, intrigues, récits de vandalisme et mystères. Dans la partie est du cimetière sont inhumés la romancière George Eliot (1819-1880) et Karl Marx (1818-1883).

Lire la suite

Hampstead Heath

Séparant les villages de Hampstead et de Highgate, les larges espaces dégagés de Hampstead Heath proposent une rupture très appréciée avec le rythme de la ville. Il y a des prairies, des lacs et des étangs où se baigner et pêcher; à l'est, Parliament Hill offre de beaux panoramas de la capitale.

Sur un terrain paysager au-dessus de Hampstead Heath se dresse Kenwood House, une splendide demeure transformée par Robert Adam en 1764 et restée depuis pratiquement intacte. La plus belle pièce de la maison est la bibliothèque, mais sa bibliothèque, mais sa collection de peintures est célèbre aussi: Van Dyck, Vermeer, Turner, romney et le chef-d'oeuvre de la galerie, un autoportrait de Rembrandt. L'été, des concerts de musique classique sont donnés au bord du lac.

Lire la suite

Hampstead

Hampstead, installé sur une colline au nord de la ville, s'est toujours tenu à l'écart de la capitale. Ce petit village georgien resté presque intact est l'un des quartiers résidentiels les plus prisés de la ville. Depuis le XIXe siècle, les artistes et les écrivains en ont fait leur quartier de prédilection.

Dans une rue tranquille de Hampstead, la maison de Keats (1816) permet d'évoquer la vie et l'oeuvre du grand poète et Fanny Brawne, sa fiancée, à travers de nombreux manuscrits et éditions originales. John Keats (1795-1821) vécut ici 2 ans; c'est sous un prunier du jardin qu'il écrivit l'Ode à un rossignol, son poème le plus célèbre.

Le Freud Museum, qui a ouvert ses portes en 1986, est consacré à la vie de Sigmund Freud (1856-1939), le père de la psychanalyse. À l'âge de 82 ans, fuyant les persécutions nazies, Freud vint se réfugier à Hampstead, où il passa la dernière année de sa vie. On voit encore le célèbre divan où il faisait allonger ses patients, dans son cabinet de consultation meublé dans le style viennois. Sa fille Anna, qui a beaucoup travaillé sur la psychanalyse des enfants, a vécu dans la maison jusqu'à sa mort en 1982. Un montage de films de famille, où l'on voit notamment les nazis investissant sa maison de Vienne, montre la vie de Freud sous un jour méconnu.

Lire la suite

Notting Hill et Portobello Road

Dans les années 50 et 60, une communauté antillaise s'est installée dans cette partie de la ville, aujourd'hui largement cosmopolite. Depuis 1966, c'est ici que se déroule le plus grand carnaval d'Europe, le dernier week-end d'août; la foule des danseurs costumés envahit alors le quartier tout entier. Tout près, le marché de Portobello Road regorge de petits stand s et de boutiques de brocanteurs.

Lire la suite

Holland Park

Ce parc très agréable, beaucoup moins étendu que les grands parcs royaux comme Hyde Park, a ouvert ses portes en 1952 sur l'ancien domaine de Holland House, qui était un foyer de contestation politique au XIXe siècle.

Le parc est entouré de très belles maisons victoriennes. Linley Sambourne House, par exemple, date de 1870 et est encore décorée suivant le goût très chargé de l'époque: nombreux meubles, porcelaines, lourdes tentures de velours. Le 1er propriétaire était illustrateur à la revue satirique Punch; certains de ses dessins sont exposés.

Leighton House, construite en 1866 pour le peintre néoclassique Lord Leighton, est un témoin précieux de l'esthétique victorienne. La pièce la plus spectaculaire est le salon arabe, construit en 1879 pour abriter une très belle collection de céramiques du Moyen-Orient. Les peintures exposées sont dues à Lord Leighton lui-même ou à ses contemporains, Edward Burne-Jones et John Millais.

Chelsea

Le quartier a pris son essor à l'époque des Tudors; c'est là qu'habitait Thomas More, le grand chancelier d'Henri VIII. Dans les années 1830, l'arrivée de l'historien Thomas Carlyle et de l'essayiste Leigh Hunt conféra à Chelsea une réputation de quartier littéraire. Des plaques apposées sur certaines façades de Cheyne Walk rendent hommage à des résidents célèbres comme le peintre Turner, les écrivains George Eliot, Henry James et TS Eliot.

Aujourd'hui, la tradition artistique de Chelsea se perpétue: magasins d'antiquités et galeries alternent avec des boutiques de mode dans King's Road. Sloane Square doit son nom au physicien Sir Hans Sloane, qui acheta le manoir de Chelsea en 1712. Il fit aménager le Chelsea Physic Garden le long de Swan Walk pour cultiver des plantes médicinales.

L'Hôpital royal, construit par Wren en 1692, accueille encore des soldats à la retraite.

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site