Une image de la GB

Très jalous de ses traditions, la Grande-Bretagne a bien plus à offrir au visiteur que des châteaux mystérieux ou des villages pittoresques. La littérature, les arts plastiques et l'architecture forment, avec les paysages très divers que l'on y rencontre, le patrimoine d'une nation en équilibre entre les nécessités du monde moderne et ses traditions.

La Grande-Bretagne n'a jamais été envahie depuis 1066, et les habitants ont su conserver leurs traditions. Les Romains qui débarquèrent en 43 restèrent 350 ans, mais leur culture et leur langue furent rapidement balayées par les peuples venus du nord de l'Europe qui leur succédèrent. Les liens de l'île avec l'Europe se relâchèrent au XVIe siècle quand l'église anglicane remplaça la tradition catholique.

La GB est aujourd'hui membre de la CEE, mais elle cultive jalousement son non-conformisme, même s'il s'applique à de petits détails comme le fait de conduire à gauche; l'ouverture du tunnel sous la Manche ne semble guère affecter ce trait essentiel du caractère national. Le patrimoine architectural de la GB est riche en vieux châteaux, en cathédrales et en belles demeures entourées de parcs paysagers. Les habitants sont très attachés à leurs coutumes, depuis les simples danses villageoises jusqu'aux grandes cérémonies monarchiques.

La GB est une petite île composée d'une mosaïque de régions très variées, dont les habitants ont su conserver leur identité culturelle. L'Ecosse et le pays de Galles par exemple se distinguent foncièrement de l'Angleterre, puisqu'ils ont leurs propres assemblées législatives.

Ces 2 pays ont des coutumes et des traditions très différentes. L'Ecosse a même une législation et un système éducatif particuliers. L'écossais et le gallois sont toujours localement parlés et bénéficient d'un réseau radiophonique et télévisuel. Au Nord et à l'Ouest, des dialectes dérivés de l'anglais avec de forts accents régionaux sont encore courants. Ces régions maintiennent vivantes leurs traditions dans tous les domaines, arts, architecture et cuisine.

Les paysages aussi sont très variés, depuis les montagnes rocailleuses du pays de Galles, de l'Ecosse et du Nord, u'aux plaines des Midlands en passant par les collines du Sud et de l'Ouest. L'East Anglia possède de longues plages, et la côte ouest de petites criques pittoresques. malgré une urbanisation croissante depuis plus de 2 siècles, l'agriculture garde une place importante: près des 3/4 du sol britannique sont cultivés. On récolte surtout du blé, de l'orge, de la betterave à sucre et des pommes de terre. Au début de l'été, le regard est attiré par de vastes étendues de colza d'un jaune brillant ou par le bleu ardoise des champs de lin.

La campagne regorge de petits hameaux, de cottages pittoresques et de jardins amoureusement entretenus - une véritable passion en GB. La vie és'écoule paisiblement dans ces villages aux maisons serrées autour d'une église et d'un pub. Boire une bière dans une auberge et se relaxer au coin du feu sont 2 vieilles coutumes très britanniques que tous les étrangers sont invités à partager - cordialement mais sans grandes démonstrations, car, s'ils sont moins formalistes qu'autrefois, les Britanniques restent plutôt réservés.

Au XIXe siècle et au début du XXe, le commerce avec l'immense Empire britannique et l'abondance du charbon ont stimulé l'industrie et procuré au pays une certaine prospérité. Des milliers de gens ont quitté la campagne pour venir s'installer dans les villes à proximité des mines et des manufactures; en 1900, la GB était la plus importante nation industrialisée du monde. Aujourd'hui, beaucoup de ces industries ont périclité, et 22 % seulement de la population active travaille dans les usines, contre 66 % dans le secteur tertiaire. En pleine expansion, celui-ci se concentre surtout dans le Sud-Est, près de Londres.

LA SOCIETE ET LA POLITIQUE

Dans les villes se mêlent des gens venus d'horizons différents. Il y eut d'abord les Irlandais; depuis les années 50 sont arrivés des centaines de milliers d'immigrés venus des anciennes colonies d'Afrique, d'Asie ou des Caraïbes, qui font aujourd'hui partie du Commonwealth. Près de 5 % des quelque 58 millions d'habitants de la GB sont des gens de couleur, près de la moitié d'entre eux sont nés sur le sol britannique. Le résultant est une société pluriculturelle où se côtoient des musiques, des traditions artistiques, des religions et des cuisines très différentes. mais les choses sont loin d'être idylliques, et la tension monte parfois dans les vieux quartiers de certaines villes, où vivent les membres les plus défavorisés des différentes communautés. Bien que la discrimination raciale dans le domaine du logement ou de l'emploi soit illégale, elle est encore parfois de mise.

Le système de classes britannique désoriente les visiteurs, car il prend en compte à la fois l'origine sociale et la fortune. En Angleterre, il n'y a plus de grandes fortunes aristocratiques, mais certaines vieilles familles vivent encore sur leurs terres, et ouvrent souvent leur domaine à la visite. Le fossé entre les classes sociales est creusé par le système éducatif. Plus de 90 % des enfants suivent l'école d'Etat gratuite, mais les parents les plus fortunés préfèrent les écoles privées, d'où sortent la plupart de ceux que l'on retrouve aux postes clefs de la politique et des affaires.

Le rôle dévolu à la monarchie illustre bien le dilemme d'un peuple pris entre le désir de préserver le principal symbole de l'unité nationale et le rejet des privilèges liés à la naissance. La reine, chef de l'église anglicane, n'a pas de pouvoir politique réel; pourtant les moindres faits et gestes de toute la famille royale sont passés au crible par l'opinion publique. La récente avalanche de scandales a fait percher une partie de l'opinion vers l'abolition de la monarchie.

La démocratie est profondément enracinée: dès le XIIIe siècle, il y avait à Londres l'équivalent d'un Parlement.

Si l'on excepte la parenthèse républicaine du XVIIe siècle, le pouvoir est passé insensiblement de la Couronne aux assemblées représetnatives du peuple. Entre 1832 et 1884, une série de mesures a donné le droit à vote à tous les citoyens; les femmes n'ont pu voter qu'à partir de 1928. Margaret Thatcher - la 1re femme Premier ministre en GB - a dirigé le gouvernement de 1979 à 1990. Les travaillistes (gauche) et les conservateurs (droite) favorisent tour à tour, pendant qu'ils sont au pouvoir, la privatisation ou la nationalisation des industries et travaillent au financement des systèmes d'allocations sociales.

L'Irlande pose un problème politique épineux depuis le XVIIe siècle. Après avoir fait partie du Royaume-Uni pendant 800 ans, elle fut coupée en 2 en 1921; depuis, elle a connu la longue lutte entre catholiques et protestants. L'accord de paix du vendredi saint en 1997 a été un grand pas en avant, mais le chemin reste difficile.

LA CULTURE ET LES ARTS

En GB, la tradition du théâtre remonte au XVIe siècle et à William Shakespeare, dont les pièces sont jouées pratiquement sans interruption depuis leur création. Beaucoup d'oeuvres plus récentes sont aussi représentées, et les auteurs dramatiques actuels, comme Tom Stoppard, Alan Ayckbourn et David Hare, renouent avec une longue tradition qui use d'un langage très vivant pour traiter les sujets les plus graves sous couvert de comédie. De nombreux acteurs britanniques, comme Vanessa Redgrave, Ian McKellan, Alec Guinness ou Anthony Hopkins, ont une réputation internationale.

Londres est une ville phare pour la vie théâtrale du pays, mais d'excellentes pièces sont montées ailleurs. À Edimbourg se tient un festival de théâtre et de musique qui est l'un des grands rendez-vous de la vie culturelle britannique. L'été se déroulent de nombreux autres festivals de musique dans tout le pays. À Haye-on-Wye et Cheltenham ont lieu tous les ans des festivals de littérature. La poésie n'est pas oubliée: au pays de Chaucer des poèmes sont affichés dans le métro, au milieu des panneaux publicitaires.

Dans le domaine des arts plastiques, il y a en GB une vieille tradition de l'art du portrait, de la caricature, du paysage et de l'aquarelle. Aujourd'hui, des peintres comme David Hockney ou Francis Bacon, des sculpteurs comme Henry Moore et Barbara Hepworth sont connus dans le monde entier. En architecture, Christopher Wren, Inigo Jones, John Nash ou Robert Adam ont façonné les paysages urbains: de nos jours, Terry Farrell et richard Rogers se sont faits les champions du post-modernisme. La GB est aussi une pépinière de stylistes très novateurs.

Les Britanniques sont de grands lecteurs de journaux. 11 journaux nationaux sortent à Londres dans la semaine. Les tirages sont très importants, et des quotidiens comme The Times sont lus dans le monde entier. Plus populaire, la presse à scandales, où alternent les rumeurs, les crimes et les comptes rendus sportifs, représente près de 80 % des journaux édités.

L'industrie cinématographique a connu un bref moment de gloire dans les années 50 avec toute une série de comédies légères, mais elle a dû s'incliner dans Hollywood. La télévision britannique - notamment la BBC (British Broadcasting Corporation), qui regroupe 5 stations de radio et 2 chaînes de télévision - est connue pour la qualité de ses programmes, qu'il s'agisse de documentaires, d'émissions d'actualités ou de dramatiques.

Football, rugby, cricket ou golf, les Britanniques sont très sportifs et tous les matches sont très suivis. L'image d'un match de cricket dans un petit village fait partie des clichés inévitables qui circulent sur l'Angleterre. La pêche est un passe-temps très répandu dans tout le pays et les Britanniques, qui sont d'excellents marcheurs, profitent largement de leurs nombreux parcs nationaux.

On a souvent tendance à ironiser sur la cuisine anglaise, prétendument élaborée à partir de quelques ingrédients de base accommodés sans grande imagination. Mais l'influence des cuisines étrangères a introduit de la diversité et une certaine créativité dans cette alimentation un peu trop sage. Bien sûr, on trouvera toujours le moyen de goûter à toutes les spécialités, cuisine bourgeoise ou plats régionaux, mais il existe aussi une large gamme de mets plus novateurs.

Dans ce domaine comme dans beaucoup d'autres, les Britanniques ont su enrichir leurs traditions des apports d'autres cultures, mais sans rien perdre de leur originalité.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site